Thomas et son groupe électrogène

by Thomas et son groupe électrogène

supported by
/
  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Digipack 13 titres, livret 8 pages, femmes nues sur la pochette. Sortie : 12 juin 2014.

    Includes unlimited streaming of Thomas et son groupe électrogène via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 3 days

      €12 EUR or more 

     

  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €12 EUR  or more

     

1.
Le Russe Sanguinaire Je suis un russe sanguinaire Mes parents m’ont abandonné A dix-huit ans sous une porte cochère Tu m’as proposé un café Je suis un russe sanguinaire Et j’en suis au dernier couplet Et pourquoi j’ai tué ta mère ? Elle m’avait dit : servez-vous y’a du coca Tous les russes sont pas sanguinaires Mais tous ils boivent de la vodka Ben voilà, vingt ans de prison
2.
Le Zoo 02:08
Le Zoo Ah ! la langue des chamelles Ah ! les mamelles d’Anita Ah ! la fourrure de Jamel Ah ! La croupe d’Isabella La trompe coquine de Lucrèce Les tentacules d’Elvira La crinière de Dolores Ah ! Les anneaux de Yuna Aie ! les pinces de Lucifer Ouh ! les cornes de Josepha Hum ! Le groin de Jean-Pierre Les plumes de Pandora Le mufle de Philomène Les rayures de Roméo Les écailles d’Eugène Oh ! Les antennes de Bongo Voilà pourquoi encore aujourd’hui Quand j’ai un rendez-vous galant J’emmène au zoo la pauvre fille Comme d’autres iraient voir un porno Mâles ou femelles, monstres et merveilles Que de surprises et de cadeaux C’était tous les jours Noël Quand je faisais les animaux
3.
Catarina 03:05
Catarina En premier lieu Je vais écrire une chanson Dont le titre sera ton nom Pour tes beaux yeux Puis je ferai rimer ton con Avec quelques mots abscons Nous serons deux Ce sera un peu populo Si ça peut payer les impôts Fermons les yeux Tu es la femme de ma vie Chaque fois que mon vit s’ennuie C’est désastreux En vérité ce que l’on boit Ce sont les heures, Catarina Ton regard s’agace Mon cœur se soulève Tout cela passe comme un rêve Et c’est toujours le même refrain Qui au fond ne parle de rien Que de tes yeux C’est en vain que je te rappelle Que j’y tiens comme à la prunelle De mes aïeux C’est vrai j’ai pris de la bouteille Elle au moins me reste fidèle Les yeux vitreux Mais c’est encore toi la plus belle Au fond d’un bar ou au bordel Les larmes aux yeux En vérité ce que l’on boit Ce sont les heures, Catarina Ton regard se glace Mon cœur se crève Tout cela passe comme un rêve Nous savions très bien tous les deux Qu’il n’y a pas d’ivrognes heureux Rions un peu Ose me dire sans remord Que la vie nous a donné tort Droit dans les yeux Je serai ravi de t’apprendre Que je vais tranquillement me pendre Pour tes beaux yeux Mais je finirai ma chanson En me demandant pour de bon S’ils étaient bleus En vérité ce que l’on boit Ce sont les heures, Catarina Ton regard s’efface Mon cœur fait la grève Tout cela passe comme un rêve
4.
Tatane 03:33
Tatane Tu peux garder ta soutane Tes chaussettes et ton chapeau Tu peux griller tes gitanes Fumer comme un brasero Tu peux t’appeler Antoine Jean-François ou Fernando Ce soir je serai ta femme Tu seras mon torero Mais ne me chicane Ce seul cadeau Pas de tatane Dans le dodo Tu peux manger des lasagnes Et du poulet sur mon dos Te conduire comme un infâme Et roter comme un chameau Me frapper à coup de canne Et me lacérer la peau Je renoncerai au champagne Et partagerai ton merlot Mais ne me chicane Ce seul cadeau Pas de tatane Dans le dodo C’est bien le diable des hommes Il s’étonne et la rassure Je veux juste faire un somme Tu peux filer ta quenouille Dans le petit matin morne On ne voit pas plus sa figure Ecrasée par une énorme Paire de chaussures Non, ne me chicane Ce seul cadeau Pas de tatane Dans le dodo
5.
Le Pendu 02:31
Le pendu C’est en équilibre incertain Entre un nœud coulant ordinaire Et un vieux tabouret en pin Après quelques somnifères Mes chères amis mes vieux copains Que je vous écris cette lettre Lettre qui marquera la fin De nos relations je l’espère En vérité je vous l’avoue J’étais moins résistant que vous Ce désastreux anniversaire En est la preuve élémentaire La vie et ses fêtes n’ont plus l’heur De se trouver à mon goût J’ai pris quelques rides d’ailleurs C’est dire si je suis à bout Quand je me balancerai en l’air A trente centimètres du sol Vous pourrez ramener vos casseroles Je n’ai plus peur des vers de terre Si vous allumez la lumière Il se pourrait que l’on rigole Avant de prendre mon envol J’ai peut-être laissé le gaz ouvert
6.
Le vélo ivre Comme je descendais des ruelles impossibles Je ne sentis plus grincer le dérailleur Les passants sans doute l’avaient rendu flexible Nous ayant dégoutés par leur sage lenteur J’allais méprisant de tout embouteillage Priorité à droite ou passage à niveau Lorsqu’avec mon vélo on finit ces usages Sur les vagues bitumes je vécus de nouveau Tout l’hiver j’ai remonté, moi, sans lumière La tête à la renverse ces dangereux boulevards Qu’on appelle écraseurs eternels de grands-mères Dix nuits sans m’écarter pour le moindre autocar Cheveux fous cils battants aérien je filais Les barioles du vent me peignaient le visage Sans peur du verglas ni des brouillards épais Les routes devant moi défaisaient leurs virages Et je jure qu’il était d’hideux horodateurs Aux placides vespasiennes, des trottoirs écœurants Qui brouillés et broyés par le mouvement A mon enivrement se livraient sans laideur Or moi, débauché d’éther, prince des kilomètres Qui fendant l’air sifflant sur de fins engrenages Embarquait les possibles au gré de mes naufrages Je regrette mes heures d’errance sous les fenêtres Moi qui connu la vitesse sur des voies sans appui Les vertiges enivrants des chemins de terreur Libéré des frottements jusqu’au bout de la nuit Carrefours d’illusions, grandes avenues des splendeurs Mais vrai j’ai trop rêvé et les rêves sont amers Tout mouvement est atroce et à basse altitude Quand l’aube me réveille je bois ma solitude O que mes pneus éclatent ô que j’aille à la terre ! Si je désire quitter ce tourbillon d’acier Extérieur prolongement de mon système osseux C’est pour ces impasses où l’on peut rester Dans la saturation d’un néant vaporeux Je ne puis plus ô maisons grises que rien ne bouge Ni freiner mes humeurs pour ménager les lents Ni prendre les sens interdits en reculant Ni m’arrêter sous les yeux horribles des feux rouges
7.
Yuna 01:25
Yuna Quand tu te balades sans culotte Sous une feuille de salade Sans fermer la porte Je me dis, je me dis… Yuna Quand tu te balades les seins nus Je suis un incapable parce j’ai trop bu Je me dis, je me dis… Yuna Quand tu enlèves ton tampax Et que j’ai pris beaucoup trop de xanax Je me dis, je me dis… Tant pis
8.
Le Cancer 02:38
Le Cancer Quitte à quitter cette terre Sans faire trop de peine à maman J’aimerais avoir un cancer Au moins t’es prévenu avant Ça t’épargne la galère De trimer soixante deux ans Pour louer un bout de cimetière Une fosse commune le plus souvent Au moins quand tu as un cancer S’il n’est pas trop fulgurant Tu vas faire un tour à la mer Tu prends un peu de bon temps Oui mais si moi j’avais un cancer Je les entends déjà Par-dessus les pleurs de ma mère Les : c’est bien fait pour toi Tu devrais faire un procès À l’industrie du tabac Avec tout ce que tu buvais Moi j’avais parié sur le foie Merci encore pour la morphine Ta nouvelle coupe elle est sympa Tu ressembles un peu à un skin En fait je préfère le sida Oui mais si moi j’avais le sida Je les entends déjà Les cris de ma copine Les appels de mes ex T’avais dit que t’étais clean C’était ton doigt ou ton sexe ? A tous les coups je le suppute Il est retourné aux putes Ma mère pleurera encore Sur les folies de mon corps Ça n’a pas l’air d’être l’éclate Je préfère être myopathe Oui mais si moi myopathe j’étais Tous mes amis m’éviteraient Je baverais sur mon plastron Et je chanterais au téléthon Je ne pourrais plus fumer ni boire Aller aux putes le samedi soir J’habiterais avec maman Vraiment je préfère soldat de l’OTAN Si j’étais soldat de l’OTAN Je visiterais l’Afghanistan Je visiterais les femmes afghanes Je filerais des clopes aux enfants Je kifferais avec les imams Et je mourrais sans avoir mal Des fleurs de pavots plein les dents Dans une frappe chirurgicale Comme cela même maman dira Au moins il est mort au combat
9.
Claude François On me fera pas croire que Claude François Est mort dans sa baignoire à cause d’un sèche-cheveux On me fera pas baignoire qu’il est raide Claude En grillant un sèche-cheveu pas croire France Soir C’est Charlotte Corday qui l’a tué ! Moralité Si tu veux jouer de la guitare Avec tes cheveux dans ta baignoire Et que tu veux pas griller tes mèches Joue de la guitare sèche
10.
Les Nems 03:26
Les Nems Je ne veux plus manger de nems Je n’aime plus le chinois Mon estomac n’est plus le même Je ne veux plus manger de chat Si d’aventure la faim te mène Un jour jusqu’à chez moi On ne mangera plus de nems On mangera du poulet froid Tu ne vois donc pas que je t’aime Je t’aime c’est pas du chinois Si tu ne viens que pour ma crème Alors tu peux rentrer chez toi Avec les filles j’ai un problème J’aime leurs yeux elles n’aiment que mes plats Mais devant toi je reste blême Car mes sushis te laissent froide On ne récolte que ce qu’on sème Et loin du four et de tes bras Un jour j’enroulerai ma peine Dans des feuilles de soja Je les connais tes vietnamiennes Qui pataugent dans la moussaka Elles paient des droits à la SACEM Mais l’amour les cuisinera Si le saké me laisse indemne Un peu d’opium suffira Et dans moins d’une semaine Un pékin me trouvera froid
11.
Rita 02:01
Rita C’est la bouche de Rita Avec un peu de ses joues Découpée au coupe-choux Un soir de paranoïa Là-bas dans le froid cimetière On a séquestré ton corps Et les limaces le dévorent Mais j’ai sauvé cela des vers Amant jaloux de ton sourire Je garde l’étrange souvenir Dans un bocal de formol Et je retrouve tremblant de fièvre Dans les valeurs de l’alcool Le parfum de ton rouge à lèvres
12.
Lindenberg 04:50
Lindenberg Au château de Lindenberg Depuis des générations Nous contemplons par la fenêtre La perte de nos traditions Sous le ciel de Lindenberg Le soleil est sans chaleur La lune n’a pas de rayons Les loups hurlent de terreur Au château de Lindenberg Nous feignons d’être maudits Au point d’en être accablés Par pure mélancolie Le dimanche à Lindenberg Nous chassons les rossignols Dont nous arrachons la langue Le baron aime les symboles Quand la baronne est malade Nous tuons un chaperon L’alcool est une promenade L’opium se fume à l’occasion Dans les jardins de Lindenberg Sur les cendres des garçons J’ai planté de la verveine Et nous buvons nos larmes en infusion Au salon de Lindenberg Quelques fois nous rions En parlant de la guerre Et des révolutions Dans les caves de Lindenberg Nous avons perdu Manon Parce qu’elle aimait Jean-Pierre Et qu’il n’en était pas question Dans le hall de Lindenberg Parfois le téléphone sonne Aucun de nous ne répond Dans le fond nous n’aimons personne Au pays de Lindenberg Vous arriverez à mauvais port Nous ne redoutons plus la mort Mais nous nous en souvenons
13.
Croisade 05:26
Croisade Pour faire tomber les barrières Joindre l’utile à l’agréable Pour repousser les frontières Pour une soirée inoubliable Explorer d’autres horizons Pour changer de perspectives Pour varier les combinaisons Gouter aux joies de l’invective Pour que cette vallée de larmes S’évapore en rosée Pour épater votre femme Contre la morosité Pour relancer la production Du latex et de la vaseline Contre la surpopulation Avec Galilée et Darwin Pour la protection des dauphins Même si ça n’a aucun rapport Pour monseigneur Barbarin Juste pour la beauté du sport Pour venger les enfants de chœur De France, de Belgique et d’ailleurs Parce que finalement Néron Avait peut-être raison Pour maigrir en société Pour briller avant l’été Parce qu’on ne se lasse jamais de voir Ces gens qui marchent comme des canards Pour le frisson de l’interdit Pour soulager un peu les putes Simplement parce que c’est gratuit Et que ça ne prend que cinq minutes Une révélation, un baptême Une aventure philosophique Une expérience métaphysique Le nec des sensations extrêmes Si ce n’est pas votre nature Faites un effort, je vous l’assure C’est presque un acte politique Sodomisez un catholique

about

« Thomas chante des textes extraits de sa correspondance avec des prostituées, des chansons anciennement écrites pour le Théâtre des Cerises, et des poèmes volés à des amis proches.
Avec une forte inclination pour l'humour noir, le grand-guignol, le rock et le jaja, le Groupe Électrogène s'interroge sur la nullité et la poésie de la chanson dite de variété. »

Enregistré en 2013 et sobrement intitulé Thomas et son groupe électrogène, par modestie ou manque d’inspiration, ce premier album est composé de 13 titres originaux qui reprennent les thèmes de prédilection du groupe : la mort, l’amour, l’alcool, le cyclisme et la cuisine chinoise. (Sortie officielle : 12 juin 2014).

credits

released June 12, 2014

paroles : Thomas Canonne
musique : Thomas et son groupe électrogène

chant : Thomas Canonne
basse : Ronan Drougard
saxophone : Hervé Launay
percussions : Nicolas Mayer
guitare : Youenn Migaud

enregistrement et mixage : Hervé Launay
mastering : Le Caveau Phonique
graphisme : Guillaume Cassac
photos : Thomas Canonne

license

all rights reserved

tags

about

thomas et son groupe électrogène Nantes, France

Thomas chante des textes extraits de sa correspondance avec des prostituées, des chansons anciennement écrites pour le Théâtre des Cerises, et des poèmes volés à des amis proches.
Avec une forte inclination pour l'humour noir, le grand-guignol, le rock et le jaja, le Groupe Électrogène s'interroge sur la nullité et la poésie de la chanson dite de variété.
... more

contact / help

Contact thomas et son groupe électrogène

Streaming and
Download help

Report this album or account

If you like Thomas et son groupe électrogène, you may also like: